23/11/2010

Douglas n'aime pas le poisson

tumblr_lbolhxMK7W1qz6f9yo1_500.png

 

Lassé des concerts de rock, des petites salle de MJC, des sous sol miteux, des associations de gauchistes sans un rond, des halles bovines surdimensionnées, des théâtres pour concert en acoustique synonyme de renouveau pour un groupe dans une carrière qui ne semble plus trop avoir de sens.

Lassé d’être assis, debout, couché, de travers, derrière un grand amorphe abruti par le shit.

Lassé des larsens, des hurlements amplifiés, des alcooliques en santiag qui pissent contre les amplis, des japonais débiles qui jouent avec la housse de leur étui à guitare.

Lassé du stand de T shirts moches ou du distro du coin qui te vend une K7 de drones dans un sac d’aspirateur parce que c’est trop cool tu comprends.

Lassé des concerts en plein vent où je m’enrhume, lassé des odeurs de merguez douteuses, des gobelets en plastoc de bière dégueu qui débordent quand tu essaies de te frayer un chemin du bar vers tes potes sagement restés en arrière.

Lassé d’être systématiquement dans le passage dans n’importe quel concert quoi que je fasse, quelque soit l’endroit où je me pose. Vous êtes un jour passé devant moi.

Lassé de tout, blasé, vieux, aigri je suis aller voir un concert avec mes enfants.

Non pas pour essayer de les convaincre que Pneu, Tool ou Ruins c’était bien ou rigolo  mais pour aller voir Les Papas Rigolos, leurs idoles personnelles.

Déjà leur nom craint un peu et ne respect aucune éthique musicale à base de « The » ou de divinité malfaisante qui sent le vomi et le souffre

Ensuite ils portent des salopettes et des chaussettes colorées qui font peur.

Après ils se sont jamais séparés puis remis ensemble, ils sont pas drogués jusqu’à la moelle et un de leur membre s’est même jamais suicidé ou a même essayé je parie.

Enfin ils jouent l’après midi vers 14H30 au moment où tout bon musicien dort entre Cholet et Montargis dans son van en ruine ou fait une balance pour les plus chanceux.

Et ils te balancent une heure de chansons qui parlent de frites, de la moustache à tonton, de Jimmy le ravioli ou d’autres choses futiles que j’ai pas entendues pendant ma sieste (oui je suis vieux je vous le rappelle) sans aucune conscience politique ou écologique (pas un stand d’Amnesty International ou d’association oeuvrant pour l’échange de seringue dans la salle rien !!)

Au début les gremlins étaient sages, respectueux, assis et puis vers la fin enhardis par les bières bues en masse avant le concert tout ce petit monde en miniature s’est avancé vers la scène pour acclamer le trio basse/guitare/caisse en bois, sauter en l’air et faire un bazar un peu outrancier j’ai trouvé.

A la fin le groupe, imbu de lui-même, a même fait un rappel et s’est livré à une séance de dédicaces pour ses fans en furie, ruisselant dans leurs T-shirt Hello Kitty ou Spiderman.

Je me demande si la semaine prochaine Michaël Gira dédicacera « Public castration is a good idea » avec un feutre vert, les jambes pendantes sur le bord de la scène ?