Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2011

Somewhere

somewhere_movie_poster.jpg

 

A la sortie de "Somewhere" un de mes amis se demandait comment ce film a été perçu au États-unis.

Est-ce qu’il a été vu comme un film d’auteur, l’équivalent d’un Rohmer chez nous, car son rythme et son traitement semblent avoir été spécifiquement faits pour un public européen  peut être plus habitué à l’errance visuelle déployée ici?

 

Il est vrai qu’il ne se passe guère de choses dans « Somewhere », que la parole est rare et que l’on passe pas mal de temps à contempler la tuyauterie du Château Marmont, des strip teaseuses la tête en bas ou un Stephen Dorff qui tapote des coussins en fumant une clope.

 

Johnny Marco, acteur un poil célèbre, vit dans un appartement tristounet (mais certainement très cher) du Château Marmont, excroissance gothiquo-hotelière à Los Angeles. Les jours passent et se ressemblent entre les coups de fil de son agent, des filles qui passent, des fêtes, des obligations professionnelles et des errances en Ferrari.

 

Bref Johnny s’ennuie, rien ne semble l’intéresser vraiment, sauf quand sa fille passe la journée avec lui. Son regard pétille, il parle, s’anime et met de côté son personnage d’acteur revenu de tout. Sa présence va d’ailleurs lui permettre de sortir de la routine dans laquelle il semble s’être enfermé pour bifurquer largement.

 

Le film nous décrit ces moments là, alternant solitude et ennui (presque) profond de l’acteur et complicité entre un père et sa fille.

 

A la fin du film on se demande si le personnage principal du film de Sofia Coppola n’est pas Cleo, la fille de Johnny Marco, plutôt que ce dernier.

 

En effet on a l’impression que ce personnage permet d’évoquer la situation de la réalisatrice dans l’ombre de son père durant sa jeunesse, père que l’on imagine souvent absent ou peu disponible quand elle en avait besoin.

 

Un autre personnage s’impose aussi dans l’histoire c’est celle de l’hôtel, comme pour bien montrer la place qu’il occupe dans l’inconscient cinématographique américain (cf la tonne d’anecdotes que vous pourrez trouver sur le Château Marmont) et pour lui rendre alors un discret hommage.